Cet article est consultable sur le site du courrier Picard

http://www.courrier-picard.fr/courrier/content/view/full/563204

CRÉPY-EN-VALOIS FM Logistic en plein développement

Dans le parc d'activités du Valois, FM Logistic prévoit de développer son offre. (Photo JEAN-BAPTISTE TRUFFART)

Dans le parc d'activités du Valois, FM Logistic prévoit de développer son offre. (Photo JEAN-BAPTISTE TRUFFART)

Le groupe de logistique prévoit d'embaucher 50 personnes et a besoin de terrains. La Ville va donc devoir exproprier pour agrandir la zone industrielle.

L'emploi a été au cœur des discussions du conseil municipal, mardi soir. Installé rue Bois de Tillet, FM Logistic, dont l'effectif actuel se monte à quelque 300 personnes, va procéder à une cinquantaine d'embauches et a entamé des travaux pour doubler la taille de ses locaux. Les projets du groupe ne s'arrêtent pas là, puisqu'il a encore besoin de terrains, au moins une douzaine d'hectares. La municipalité a donc décidé d'étendre le parc d'activités du Valois.

Le maire justifie également cet agrandissement par l'arrivée attendue d'une entreprise de métallurgie allemande, qui annonce, comme FM Logistic, la création d'une cinquantaine d'emplois. Elle fournira de l'acier en vue de produire du béton armé.

Si quatre propriétaires ont accepté de vendre leurs terrains, un autre a fermement refusé. La Ville a donc entamé une procédure d'expropriation avec déclaration d'utilité publique, même si l'objectif demeure «de faire le maximum pour racheter à l'amiable », a précisé Réjane Estier, le rapporteur de la délibération. Mais l'opposant Bruno Fortier a reproché au maire Arnaud Foubert «de ne pas mettre les formes » vis-à-vis du propriétaire récalcitrant. Il évoque même «un diktat de la mairie pour arriver à ses fins en deux mois et demi ».

Pour Arnaud Foubert, «l'intérêt général » doit primer. «Nous proposons une valeur juste, réévaluée. Nous devons faire vite. FM Logistic ne va pas attendre que la Ville se décide au coin du feu. On peut discuter pendant des heures sur le prix de l'hectare, et le résultat c'est que le groupe ira s'installer ailleurs, à 20, 30 ou 40 km. Dans quelques mois, son offre ne sera plus valable. Plusieurs centaines d'emplois sont en jeu. Le compteur tourne, nous sommes obligés de trouver une solution pour cette zone, a-t-il solennellement déclaré. Nous, élus locaux, devons prendre nos responsabilités. »

Le socialiste Jérôme Furet a pour sa part regretté que la zone industrielle n'ait pas été confiée à un aménageur privé. «Combien vont coûter tous ces aménagements ? », a-t-il interrogé. Mais pour Arnaud Foubert, le jeu est à somme nulle, ou presque : «Quand on achète des terrains, après on les viabilise et on les revend. À la fin l'achat est amorti et cela représente zéro pour le contribuable crépynois. »

L'acquisition des terrains a été approuvée à l'unanimité, l'opposition s'étant abstenue.

VINCENT DEBES

Tag(s) : #economie

Partager cet article

Repost0