Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En Novembre 2011, monsieur Mercier propriétaire de la société JUY SA m'a présenté M Guido Dumarrey comme repreneur de la société.

M Dumarrey patron de Punch Metal Internationnal (société concurrente de Juy) souhaitait délocaliser JUY SA hors Crépy en Valois. Motifs : les locaux n'étaient pas appropriés et l'activité devait se faire dans de nouveaux équipements.

Pour le dissuader, nous lui avons proposé l'achat d'une partie de CASE-Poclain pour rebâtir une usine plus opérationnelle.Ce qu'il a fait en achetant à CNH sur ses deniers propres sans aide publique et au prix du marché .

Sur Crépy en Valois, aucune aide  publique. Nos n'avons donc pu posé aucune condition.

La CCPV et la ville achetant une partie qu'elles souhaitaient acquérir depuis 2005, et que CNH n'a jamais voulu céder sans que le reste soit vendu en même temps. Cette partie a été acheté à un prix inférieur à celui qui était fixé par l'état. Après travaux, les locaux reviendront bien moins chers qu'une construction neuve.

 

Et puis Punch Métal a acquis l'usine de Montataire profitant de l'aubaine offerte par l'état cet été 2012. A l'automne s'était le site de Strasbourg....

Entre temps, un incendie détruisait l'atelier de peinture à Crépy, rendant plus aléatoire la rentabilité du site. Les controles de l'état mettaient à jour la vétusté des installations et leur nécessaire modernisation. Tous ces phénomènes rendaient inéluctables l'arrêt de l'exploitation à Crépy en Valois.

Un temps envisagé, l'exploitation à Montataire n' pas pu sauvée la situation.

JUY perdait 300 000€ chaque mois depuis Juillet, une projection sur Montataire faisait appparaitre aux dires de la direction une perte de 2,5M€ sur 2013 avant retour à l'équilibre...

 

Aujourd'hui, l'avenir de Juy est très compromis et se trouve entre le cabinet de monsieur Montebourg et les bureaux de Punch Métal.

 

Tag(s) : #economie

Partager cet article

Repost 0