Que répondre à la mauvaise foie? la vérité..

 

 

Monsieur le conseiller général , vos questions sont larges, voire très larges, vous allez jusqu’à faire reposer sur le seul maire de Crépy en Valois le problème de l’emploi, le mettant ainsi bien au-dessus des promesses électorales de ceux qui aujourd’hui dirigent départements, régions et l’état.. hélas pour vous, votre argumentaire est particulièrement mal informé ou plutôt bien déformé.

Mais avant que je répondre à toutes vos interrogations, car c’est là l’essentiel, je vous communique les propositions connues qui ont été faites lors du dernier Comité d’Entreprise de Juy SA.

Pour faire bref, JUY SA ne licencie personne, met à disposition un transport vers Montataire, aménage les temps de travail sans perte de salaire, fait signer aux salariés un avenant à leur contrat de travail avec PUNCH METAL. Pour Crépy en Valois et la friche Poclain, une promesse de retour et ré-industrialisation est faite pour fin 2013 début 2014.

Mais afin que tous puissent comprendre la situation, je me dois de rétablir les faits et rien que les faits

Comme déjà maintes fois expliqué, mon premier contact avec Guido Dumarey patron de PUNCH METAL  date de début décembre 2011. Il avait décidé d’investir dans l’industriel et la mécanique après avoir présider plusieurs années le groupe PUNCH International.

Il souhaitait acheter Juy SA, qui était à vendre et qui rencontrait des difficultés connues de tous. Il connaissait bien JUY qui était un de ses principaux concurrents. Il en appréciait le savoir-faire des salariés ouvriers et cadres. Mais il estimait que les locaux n’étaient pas appropriés à une exploitation actuelle et sécurisée. Il pensait donc exploiter dans des locaux hors de Crépy-en-Valois. En lui proposant la friche CASE-Poclain, nous lui offrions la possibilité de se développer sur place en faveur des salariés crépynois. Mais il fallait acheter l’ensemble de la friche, et donc nous lui avons proposé une démarche commune pour l’acquisition car la CCPV et la ville étaient depuis longtemps intéressées par une partie de la friche.

En effet depuis 2005, le projet de déménagement de la CCPV comprenait une éventualité sur le site CASE POCLAIN. Le dossier mené par la CAUE, organisme départemental que vous devez bien connaitre car présidé par monsieur Brassens, d’ailleurs connu de tous, a été présenté en conseil communautaire. Hélas, il n’a pu aboutir car le groupe CNH souhaitait vendre l’intégralité du site et ne pas rester avec le moins valorisable. Souvenez-vous, cette posture fut confirmée lorsque la ville de Crépy-en-Valois a voulu acquérir uniquement l’ancien restaurant d’entreprise.

Le groupe PUNCH a acheté la société Juy le 17 Janvier 2012. Alors que les décisions municipales et communautaires n’étaient pas votées pour la friche CASE-Poclain, et sans aucune intervention ni action aide de notre part.

En janvier, sans l’achat de Juy, une fermeture ou des licenciements seraient sans doute intervenus au cours du premier semestre 2012. Il est de notoriété que l’entreprise était en difficulté et que les propriétaires pour des raisons personnelles souhaitaient la céder.

Le conseil municipal de février 2012 et le conseil communautaire de fin janvier 2012 ont décidé d’acquérir les bureaux du site CASE-Poclain alors que Punch Métal se proposait d’acheter le reste sur la base des estimations du service des domaines. J’ai sous les yeux l’estimation des domaines ayant servi à la négociation.

L’ensemble de la friche était estimée à 5,1M€, les bureaux et le restaurant respectivement pour  2,930M€ et 0,501M€ soit au total 3,431M€. Nous l’avons acquise pour 3M€ soit 431K€ de moins que sa valeur. Le reste ne vaut que 1,669M€. En effet, vous ne savez sans doute pas que la valeur d’un bien ne s’estime pas qu’à la seule surface de terrain. Les autres critères pour votre information sont les types de surfaces construites (habitat, bureaux, stockage etc…), leur état, la pollution, le zonage PLU, et leur capacité à être utilisée directement ou indirectement. Remettriez-vous en question l’estimation faite par les services de l’état ?

Il n’y a donc aucun argent public versé directement ou indirectement aux entreprises concernées.

Aucune aide pour PUNCH METAL à Crépy-en-Valois, ce n’est pas le cas évidemment de l’achat de Still à Montataire, négocié en juillet 2012 par l’état et la région. D’après la presse régionale quotidienne du 20 juillet 2012, l’usine Still, propriété de la société allemande Kion, acquise pour l’euro symbolique (alors que le site est estimé à 6,9 M€) par la société belge Punch Metals International (PMI) qui se verra prêter 3,4 M€, dont 2 M€ par l’Etat et le reste par la région (1,4 M€). Soit au total 10,3M€ de « cadeaux » dispensés par l’ Etat et la  Région pour Montataire ! C’est là que devaient être les contreparties et les garanties, elles auraient pu aussi concernées Crépy-en-Valois car nous sommes aussi en région Picardie et en France périmètre d’intervention de l’état et de la région !!!!

Car à Crépy en Valois aucun « cadeau » sur les achats de foncier et aucun prêt aidé par la ville, ni même par la région et encore moins par l’Etat. Comment obliger deux privés, CNH et PUNCH METAL à associer à leur vente une clause d’emploi ? La vente s’est faite directement sans l’aide de la puissance publique et sur la base des estimations des domaines pour sa valeur commerciale.

Que faites-vous pour l’emploi ? Dites- vous.  Je peux donc facilement vous renvoyer cette question, vous qui vous êtes engagé sur ce terrain lors de votre dernière élection.

Je vous rappelle car là aussi vous vous êtes abstenu, que nous sommes prêts à acquérir des terrains au prix des domaines dans les zones industrielle et commerciale. Car des entreprises sont intéressées. Mais ces sources d’emplois ne sont évidemment pas votre souci. C’est celui du maire de Crépy en Valois !

Aujourd’hui votre message est clair, si vous voulez vous développer ou vous installer sur Crépy en Valois, il ne faut compter que sur le maire de Crépy en Valois… aucune aide, aucun appui ne viendra d’ailleurs.

Alors, lorsqu’il faut une rocade à Crépy en Valois pour irriguer sa zone industrielle, que faites vous ? et bien comme tous vos votes, vous vous abstenez, et cela est plus qu’une engagement politique c’est votre programme.

Nous avons la  nécessité d’un accès direct à notre zone industrielle en provenance de Senlis et l’A1, d’ailleurs cela soulagerait notre centre-ville de la traversée de poids lourd…  et à lire cette année la presse locale et la revue du conseil général, vous préférez les travaux de contournements  de Neuilly en Thelle 3115 habitants pour plus de 8 M€, ceux de Tri le château 1513 habitants pour plus de 25M€, ou encore la déviation de la D1032 pour 100M€.

 

 Que peut on faire pour l’emploi dites-vous, voici quelques pistes :

-       1 infrastructures manquantes ou peu adaptées rôles

o   de l’état pour la RN2, ou les travaux sont financés aussi par le Conseil général de l’Aisne et pas celui de l’Oise principal concerné

o   du conseil général pour la rocade
que faites vous  pour? rien

-     2 aides aux entreprises prérogatives de l’état et de la région inexistantes  car nous ne sommes pas en « zone sinistrée »
que faites vous pour? rien

-       3  fonciers prévus par la ville depuis des années et nécessaires à l’installation et au développement des entreprises

QQue faites vous pour? vous vous abstenez

Q

Q


Tag(s) : #politique

Partager cet article

Repost0